skip to content

Bobcatalog 2014

Les chargeuses compactes à chenilles aident à réparer les fondations qui s’affaissent

Quatre T870 livrent efficacement les matériaux jusqu’aux équipements de consolidation

Mathieu Joly-Hebert, Pretech

Mathieu Joly-Hebert, Pretech

Les mauvaises conditions du sous-sol n’empêchent pas les constructeurs de bâtir de nouveaux édifices commerciaux et résidentiels dans la zone métropolitaine de Montréal. C’est parce qu’ils peuvent compter sur des entreprises comme Pretech pour stabiliser les structures à l’aide des dernières technologies et des équipements les plus fiables.

Quatre chargeuses compactes à chenilles Bobcat® T870 figurent parmi les machines que l’entreprise utilise sur les chantiers. Deux d’entre elles sont équipées du système de télécommande Bobcat, permettant de contrôler les machines de l’extérieur de la cabine.

« Ajouter des chargeuses Bobcat à notre parc a eu d’excellents résultats pour nous, » affirme Mathieu Joly-Hébert, ingénieur et directeur des équipements chez Pretech. « Auparavant, nous ne pouvions pas faire de devis pour certains chantiers que nous faisons maintenant. Cela nous aurait pris deux fois plus de temps et aurait été beaucoup trop cher. »

Pretech, une entreprise familiale possédée par Alain Desmeules, est spécialisée dans les fondations sur pieux pour les structures de toutes tailles, des petites maisons individuelles aux gros bâtiments commerciaux. Entre 60 et 70 pour cent de leur chiffre d’affaires est réalisé avec les constructions neuves, le reste étant composé de la réparation, la stabilisation et le redressement de structures situées sur des sols instables, comportant des fissures dans la fondation ou ayant des portes et fenêtres difficiles à fermer.

« Nos services sont très demandés aux alentours de Montréal, » explique M. Joly-Hébert. « Dans une seule zone, il y a environ 1 000 maisons qui ont été construites au début des années 2000 et ont maintenant des problèmes. Certaines se sont affaissées de 5 pouces. Lorsqu’on entre dedans, ça donne le mal de mer. »

Pour stabiliser les bâtiments, Pretech enfonce des piliers en acier à environ 90 pieds de profondeur, pour qu’ils prennent appui sur le socle rocheux. Les chargeuses Bobcat livrent les piliers sur le chantier. « Les chargeuses de la marque que nous possédions auparavant n’ont pas supporté la pression de nos chantiers, » poursuit M. Joly-Hébert. « Elles n’étaient tout simplement pas assez résistantes. »

L’entreprise s’est donc mise à la recherche d’une solution plus adaptée. À Bobcat de Montréal, elle a découvert chaussure à son pied : une chargeuse compacte à chenilles ayant la puissance requise pour déplacer des matériaux sur des surfaces difficiles et une télécommande favorisant la sécurité de l’opérateur.

Comme le dit M. Joly-Hébert, « quand vous avez un besoin et qu’il existe des équipements qui y répondent, la réponse est évidente et le calcul aussi. La T870 est une machine résistante et puissante, mais aussi assez étroite pour passer par les embrasures de portes. C’est tout simplement la machine qu’il nous faut. Pour certains chantiers, à l’intérieur et en sous-sol, nous devons déplacer précisément nos chargeuses sans que l’opérateur ne soit dedans. Bobcat offre la meilleure solution, et de loin. »

La T870, la plus grosse chargeuse compacte à chenilles jamais construite par Bobcat, a une hauteur de levage de 12 pieds. La direction de levage verticale et la capacité nominale de 3 525 livres permettent de mener à bien les tâches les plus difficiles.

Les chargeuses de série M ont la cote chez les opérateurs de Pretech. M. Joly-Hébert confirme qu’ils aiment particulièrement le confort de la cabine, car ils s’y trouvent souvent jusqu’à 10 heures par jour.

Le système de télécommande radio actionne l’entraînement, le levage, l’inclinaison et les fonctions hydrauliques auxiliaires des chargeuses dotées de leviers de commande. À l’aide de l’émetteur, l’opérateur peut actionner, de l’extérieur de la cabine, plus d’une trentaine d’accessoires agréés.

« Nos Bobcat nous permettent de faire notre travail très efficacement, » conclut M. Joly-Hébert. « Nous avons seulement besoin d’un opérateur, d’un camion et d’une chargeuse pour acheminer nos matériaux vers notre batteur de pieux. C’est une solution simple à un travail difficile. »